Tomber en amour avec la problématique du gaspillage alimentaire

La vision de La Transformerie est d’enrayer le gaspillage alimentaire. Depuis le début de nos activités, ça peut paraître farfelu, mais notre objectif est de ne plus exister. Je vous explique pourquoi.

En janvier 2019, lors de notre participation à la cohorte Accélération d’Impact8 avec l’accélérateur L’Esplanade, nous avons eu la chance de rencontrer la super conférencière Daniela Papi-Thornton*.
Ce jour va rester gravé dans ma mémoire. Elle a mis les mots justes sur notre état d’esprit à La Transformerie :
« Pour avoir le meilleur impact social, il ne faut pas tomber en amour avec une solution. Il faut tomber en amour avec la problématique. »

Concrètement, ça se définit comment pour nous ?
En effet, il aurait pu être facile de tomber en amour avec notre délicieuse solution Les Rescapés qui met en valeur la qualité des invendus d’épiceries par la fabrication de tartinades, marmelades et sauces. Cependant, si on y pense bien, en poussant ce projet à une grande échelle, ça aurait l’effet inverse ; plutôt que d’enrayer le gaspillage alimentaire, d’une certaine manière, ceci légitimerait le gaspillage des épiceries. Il s’agirait plutôt d’une solution « band-aid » (pansement).

Pour bien imager le tout, je partage une analogie avec vous qui me parle bien à ce sujet. C’est comme s’il y a de la mauvaise herbe et que nous passons chaque semaine pour la couper en collectant les invendus des épiceries avec notre projet Les Rescapés. Toutefois, si on arrête de
collecter les invendus, la mauvaise herbe va continuer de pousser. On soigne le symptôme plutôt que la cause, on met un pansement sur le problème (solution pansement). Notre but à nous est de la
déraciner, c’est-à-dire enrayer la problématique.
Alors, notre façon d’être en amour avec la problématique du gaspillage, ça va être de créer un laboratoire sur la réduction du gaspillage alimentaire en 2022

Mais en quoi consiste ce laboratoire ?
Il s’agira d’un espace d’innovation ouverte pour regrouper les épiceries, supermarchés et bannières d’alimentation ainsi que de nombreux experts et organisations liés au domaine. Ensemble, on va prendre le temps de mieux comprendre la problématique et de co-créer des solutions pour réduire à la source au maximum ce gaspillage (entre les murs des épiceries). C’est hyper motivant comme projet, car on va réellement travailler à enrayer cette problématique.

Pour la co-création de solutions, ceci va nous amener à faire du prototypage. C’est un monde d
e possibilités qui va s’ouvrir à nous ! Pour vous donner des exemples sans toutefois tomber an amour celles-ci, voici deux des inspirations intéressantes que nous avons vu ailleurs dans le monde :
– une petite campagne humoristique en Angleterre pour vendre les bananes seules
– des prix dynamiques : les prix baissent de façon automatisée plus on s’approche de la date de péremption pour encourager la vente.

Si on ramène cet état d’esprit à la maison, comme vous l’avez sûrement compris, avant de se lancer dans les solutions pour réduire votre gaspillage, c’est important de bien comprendre les causes de celui-ci pour effectuer des changements durables avec les solutions adaptées pour vous. C’est pour cette raison que l’autodiagnostic est un bel outil pour entamer la réduction du gaspillage chez vous.

Au fil des prochains mois, nous partagerons avec vous plein de pistes et de solutions pour vous propulser. D’ici là, pour ce mois-ci, amusez-vous à créer des bouchées festives avec ce que vous avez identifié le plus gaspiller. N’hésitez pas à partager vos belles créations via la page Facebook du Défi Zéro Gaspi.

Passez un merveilleux temps des fêtes avec vos proches ! On se voit reposé en janvier avec le Défi Vide-Frigo. J’ai bien hâte !

*Avec ce TED Talk, découvrez Daniela Papi-Thornton, une merveilleuse femme avec une perspective unique sur l’entrepreneuriat social.

-Guillaume, co-initiateur et directeur général de La Transformerie