Un organisme pour valoriser les invendus

« L’OBNL La Transformerie prépare le terrain pour le lancement de ses premiers produits écoresponsables, fabriqués à base d’invendus d’épiceries, d’ici la fin mai. Sa mission : aider les commerçants à mieux valoriser leurs produits pour enrayer le gaspillage alimentaire, un pas à la fois. 

« On pense qu’il y a un côté très injuste de voir des aliments être gaspillés en grande quantité, même s’ils sont encore en très bon état, constate la coordonnatrice de l’organisme, Marie Gaucher, en entrevue à Métro.

Apparu il y a deux ans, le groupe a été co-fondé par le chef Guillaume Cantin, connu pour sa cuisine «responsable» depuis plus de 15 ans dans la métropole.

Dès la fin avril, La Transformerie procédera à une première collecte des produits invendus dans quatre supermarchés de Rosemont-La-Petite-Patrie et une fruiterie du marché Jean-Talon. Les ingrédients qui seront ainsi récupérés serviront par la suite à concocter des recettes originales, en cuisine.

« L’idée, c’est de trouver des solutions pour mieux valoriser les produits laissés à l’abandon, poursuit Mme Gaucher. Dans les derniers mois, on a fait un travail de fond pour mieux comprendre l’écosystème alimentaire de Montréal, entre commerçants, consommateurs et organismes communautaires. On se voit un peu comme un intermédiaire qui vient sensibiliser les parties prenantes. »

Extraits de Dumpster Diving : un « état d’esprit » pour enrayer le gaspillage alimentaire de Henri Ouellette-Vézina pour le Journal Métro, publié le 18 mars 2019.

Crédit photo : La Transformerie

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on email