Enviro-Stewards, ou comment traiter les causes du gaspillage

Sur le site web d’Enviro-Stewards, entreprise située en Ontario, on peut lire qu’ils ne croient pas en une approche « band-aid » (pansement) et disons que ça nous parlait beaucoup (voir cet article). Hyper intéressant! Cette entreprise aide de moyennes et grandes entreprises à réduire leur gaspillage alimentaire à la source. On a eu la chance d’avoir en entrevue le président et fondateur Bruce Taylor.

Dès le début de l’entrevue, Bruce, gars super sympathique, a bien mis la table en m’expliquant qu’il est important de travailler sur les causes d’un problème plutôt que de traiter les symptômes. On parle ici de prévenir plutôt que de guérir. C’est dans cette optique qu’il a démarré Enviro- Stewards. Il était tanné de travailler comme consultant pour des entreprises et d’éviter les causes des problèmes.
Depuis 21 ans, son organisation travaille avec des entreprises pour améliorer leur écoresponsabilité: efficience énergétique, conservation de l’eau, réduction du gaspillage alimentaire, etc. Pour la réduction du gaspillage, le tout a commencé petit à petit, un contrat à la fois. Aujourd’hui, ils ont amené Maple Leaf à se doter d’objectifs pour devenir carboneutre. Ce n’est pas rien. Ils ont aussi accompagné d’autres entreprises que vous connaissez comme Walmart et Tim Hortons. Enviro-Stewards est certifiée B Corporation. Leur score d’audit pour la certification en 2020 a été tellement haut qu’ils ont été désignés comme Meilleure entreprise au monde dû à son impact global.

Leur approche est holistique*, globale en 6 étapes clés:
1- Qui: rencontre des parties prenantes (personnes impliquées)
2- Quoi: mesure du gaspillage (audit)
3- Pourquoi: identification des causes du gaspillage
4- : quelles sont les opportunités où ils peuvent agir
5- Quand: élaboration d’un plan pour mettre le tout en place
6- Comment: mise en place du plan et support
Avec leurs ingénieurs et leurs scientifiques, ils travaillent pour développer des solutions pratiques, mesurables et viables économiquement. Un aspect super intéressant de leur approche, c’est l’inclusion des personnes (les employés de l’entreprise auditée) dèsle début du processus de prévention dans l’entreprise. Comme Bruce l’a si bien dit, souvent les employés(es) ont déjà des informations très pertinentes et certaines réponses, mais ils ont peur de parler.
Aussi, il a souligné qu’il faut prendre le temps de comprendre la culture de l’entreprise. Une de leurs stratégies est de travailler en collaboration avec l’équipe de travail dans l’entreprise qui les embauche pour susciter une forte d’adhésion en amont afin qu’il y ait une bonne appropriation des changements à opérer suite à la remise du rapport de recommandations.

Pour convaincre ses clients de réduire leur gaspillage alimentaire, il va souvent leur montrer la vraie valeur des aliments. Ce qui va à la poubelle n’a pas de valeur. Toutefois, si un aliment est vendu 0,50$, c’est 0,50$ en plus de la valeur sociale de ne pas gaspiller.

Ce qui motive Bruce et son équipe, c’est de changer de paradigme sur de gros chiffres, changer la façon de faire de grandes entreprises. C’est très inspirant considérant, par exemple le projet de La Transformerie de créer de laboratoire sur la réduction du gaspillage alimentaire dont Guillaume vient de vous parler dans son article de ce mois-ci.
En résumé, ils prennent le temps de comprendre les causes du problème et après, ils agissent. Comme Einstein l’a si bien déjà dit : « Si j’avais une heure pour résoudre un problème dont ma vie dépendait, je passerais les 55 premières minutes à chercher la meilleure question à me poser, et lorsque je l’aurais trouvée il
me suffirait de 5 minutes pour y répondre ».
*Pour en savoir plus sur leur super approche en étapes, rendez-vous ici sur leur site web.